Recherche

Comme tous les volumes sont petits, tout est plus simple et il n’est pas nécessaire de construire une installation fixe. C’est l’idéal pour commencer ou pour faire des tests sans devoir boire des grandes quantités de bière ratée ou très moyenne.

Pour le brassage

Il n’est pas nécessaire de trouver un brûleur à gaz. Une cuisinière classique fera l’affaire. L’idéal est de dénicher une casserole d’occasion de 40l minimum (pertes d’eau pendant la fabrication). Si vous n’en trouvez pas à un prix abordable, le mieux est alors d’utiliser une vidange de fût à bière récupérée dans un café. Ceux-ci sont en inox et ils sont assez résistants pour supporter la chauffe. Le seul inconvénient est que le fond est relativement fin. Il faut donc brasser continuellement le moût pour éviter la caramélisation des sucres mais surtout la destruction des enzymes. Les fûts existent en trois volumes différents : 20, 30 et 50 litres pour 30€ pièce. Vous devez donc en trouver un de 50l. Si vous décidez d’acheter une casserole neuve, n’allez pas chez Brouwland ou dans un magasin spécialisé. Vous pourrez en trouver moins cher dans d’autres commerces, comme rue de Brabant pour ceux qui habitent Bruxelles ou sa région (dans les 40€ pour 30 litres). Par ailleurs, comme nous l’avons dit plus haut, l’oxydation durant les transvasements du brassage est nocive pour la bière. Si vous avez un peu d’argent en plus, achetez un robinet inox, 1 ou 2 mètres de tuyau alimentaire résistant à 90° (les tuyaux supportant 100° sont rares et chers) et une plaque d’inox de 2 mm d’épaisseur. Vous pourrez ainsi construire un système qui vous approchera d’une installation professionnel. L’inconvénient est qu’il faudra forer dans l’inox pour placer le robinet sur le fût et pour perforer la plaque qui servira de fond filtrant à la cuve de brassage. Si vous ratez votre coup, votre casserole est bonne pour la casse.

Pour la filtration

Un bon fût de filtration est (vraiment) très utile pour éliminer les drêches à la fin du brassage. Filtrer sans cuve adaptée est pratiquement impossible puisque le malt est utilisé en trop grandes quantités. Nous avons commencé avec une simple passoire mais c’est énormément de complication pour rien. Vous pouvez acheter un fût filtrant tout fait pour une soixantaine d’euros mais c’est un ustensile facile à construire. Vous avez deux possibilités. Soit vous faites mieux mais plus compliqué : construire un fond filtrant en inox à placer dans le fond de votre cuve de brassage. Vous devez alors acheter une plaque du matériau pour la perforer (un trou tous les cm2) et la surélever solidement pour qu’elle soit maintenu à 10 cm du fond du fût (au dessus du robinet). Si vous voulez faire plus simple, mais moins bon pour votre bière (plus d’oxydation), vous pouvez bricoler deux fûts qui s’emboîtent. Pour cela, il vous faut :

- 2 simples fût de 30l sans robinet
- 4 à 6 lattes de bois d’environ 4cm sur 3 de largeur et 25 cm de hauteur
- un peu de papier de verre
- 2m de bonne corde
- 1 foreuse
- 1 tourne visse
- Ce système est constitué de trois parties.

1) La partie filtrante : commencez par trouer le fond d’un des fûts avec la foreuse (une mèche de 6 fera l’affaire). Il faut faire un trou environ tous les 1cm2. La formation des trous va multiplier les petits bouts de plastique susceptibles de le détacher, il faut les éliminer. Pour cela, poncez avec le papier de verre. Pour bien finir le travail, il faut aussi passer par chaque trou (par exemple avec un tourne visse) pour évacuer les morceaux restants puis reponcer. Répétez l’opération jusqu’à ce que tout soit lisse et net. Ensuite, fixez solidement les lattes de bois autour du fût en passant avec une corde.
2) Le latti : pour que le fût filtrant reste en hauteur par rapport au récupérateur (le fond doit être un peu plus haut que le niveau maximum atteint par le moût en fin de filtration), il suffit de passer vos lattes de bois sur son pourtour. Le fût du dessus repose sur les lattes, celui du dessous les soutient. Pour bien stabiliser le système, passez avec une bonne corde autour des lattes et serrez bien. Le tout est alors bien stable.
3) Une partie de récupération du moût : pour cela, il suffit d’emboîter la partie filtrante et le fût du dessous.

Pour la fermentation

- Les fûts. A moins que vous ayez des fûts cylindroconiques, vous devrez avoir deux fûts pour une fermentation puisque vous devez passer de l’un à l’autre pendant le première fermentation (transvasement). Le premier fût servira comme récipient de refroidissement et pour le début de la première fermentation. Le second servira pour la seconde fermentation et la garde en fût. Vous pouvez les acheter tout fait à 13€ pièce mais vous pouvez aussi les assembler facilement vous même. Pour cela, il vous faudra :

- Un fût simple
- Un barboteur
- Un joint perforé
- Un robinet en PVC
- une foreuse
- une lime

La construction est très simple. Il faut commencer par faire les deux trous pour le barboteur et le robinet. Vous devez donc forer un trou du diamètre du joint à barboteur au centre du couvercle, et un autre à environ 5 cm du fond du fût pour le robinet. Limez ensuite pour ajuster le diamètre des trous à la bonne circonférence. Placez le joint du barboteur dans le trou du couvercle, et fixez le robinet dans l’autre. Attention, lorsque vous commencez la fermentation, il est plus prudent de placer d’abord le joint du barboteur avant le barboteur lui-même. Cela permet de combler les irrégularités éventuelles. Votre fût est fait pour environ 10€.
- Une température stable. Garder un fût entre 18° et 24° n’est pas forcément simple. Si vous débutez, laissez simplement fermenter dans une pièce dont la température reste approximativement dans cette fourchette. Il y a déjà beaucoup à expérimenter avec les malts, les sucres et les différentes souches de levure sans vous préoccuper de déterminer une température de fermentation précise. Par contre, si vous commencez des tests sur la fermentation et votre levure, vous aurez besoin d’un endroit qui vous permette de la contrôler. Le mieux, si vous avez de la place, est alors de construire une chambre isolée dans une pièce dont la température est en dessous de 18°. Chauffer un petit volume bien isolé est très simple. Une bête ampoule de 500W raccordée à un thermostat suffira à réchauffer une chambre froide pour un ou deux fûts de 30l. Garde. La garde sera d’autant plus efficace que la température sera basse. Celle-ci devrait se situer entre 0° et 7°. Tant que les volumes sont petits, il est très facile d’atteindre ces températures : un simple frigo peut contenir un ou deux fûts de 30 litres à une température de 7° voir moins.

Liste : 1 vidange de fût Inox de 30 l (30€), 3 fûts simples PVC de de 30 l (3 x 7€), 1 blaste (15€), 4m de tube en cuivre 0,5 cm de diamètre (25€), 1 barboteur (3€), 1 joint perforé pour barboteur (0,70€), 2 robinets (2 x 3€), 1 moulin à céréale (65€), 1 densimètre (7€), des languettes pH et de dureté (2 x 3€), 1 frigo d’occasion (75€). Total : 350€.

Revenir à la page : Deux modèles de brasseries
Revenir à la page : Matériel

Revenir en haut de la page